Les obstacles à une bonne communication

Ce qui fait obstacles à une bonne communication inter relationnelle

Important! Il y a « obstacle à une bonne communication », lorsque celui qui parle est interrompu par des questions, des explications ou, pire, des conseils. Car au lieu de l’écouter vraiment et de nous concentrer sur ce qu’il est en train de vivre pendant qu’il parle, nous analysons ce qu’il dit. Surprenant ! Nous pensons tous qu’aider quelqu’un c’est lui « trouver une solution », alors que l’aider, c’est lui donner des outils qui lui permettront de trouver lui-même sa solution. La plupart du temps les obstacles à une bonne communication résident dans le fait de ne pas ou mal écouter.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

1) Donner des conseils

Lorsque nous donnons des conseils, lorsque nous offrons des solutions, si notre interlocuteur nous l’a clairement demandé, alors tout va bien. Mais si ce qu’il cherche est juste une écoute de qualité, alors c’est loupé : au contraire, vous êtes entré sans permission dans son champs de recherche, et vous aurez dévié son but qui est d’y voir plus clair en lui-même (pas en vous !).

Les conseils: un obstacles à la bonne communicationDonner des conseils à votre interlocuteur alors qu’il n’a pas encore terminé de s’exprimer et qu’il ne vous l’a pas demandé le perturbe et l’isole. Il le perturbe parce qu’il ne sait plus, entre le flot de vos paroles et celui de ses pensées, celles qui lui appartiennent.

Les conseils isolent la personne qui les reçoit parce qu’elle est déçue que vous n’ayez pas perçu son besoin d’être écouté.

Pour éviter ces malentendus, le mieux pour celui qui écoute, est de demander à son interlocuteur si c’est de conseils dont il a besoin, et pour celui qui parle, de le dire clairement s’il recherche des conseils ou s(il à juste besoin de parler. Exemple simple :

  • Celui qui écoute : j’ai bien compris ce que tu dis, est ce que tu voudrais que je te dise ce que j’en pense ?
  • Celui qui parle : j’ai besoin de te parler mais s’il te plait, je ne veux pas de conseils.

2) Le bruit dans la communication

Le bruit, c’est tout ce qui perturbe le dialogue entre deux personnes et qui entraîne la perte d’information du message qui est en train d’être transmis. Le bruit dans la communication est tout ce qui nuit à une bonne synchronisation entre les interlocuteurs. En voici quelques-uns:

Le bruit environnant

Il peut s’agir de véritables bruits, de votre interlocuteur (il ne cesse de tousser, les notifications incessantes de son portable, son enfant qui pleure à côté de vous). Les bruits de l’endroit où vous vous trouvez, au dehors (voitures, musique forte, avion). Certaines personnes sont vite déconcentrées par le bruit, ce qui ne permet pas une bonne écoute.

Les déviations de sujets

Le bruit peut aussi définir une façon de s’exprimer ce qui déroute et brouille le message : multiplier les exemples, les références au passé, comparez avec d’autres personnes ou situations, exagérés.

La façon de parler

Cela peut être aussi un vocabulaire trop pauvre qui donne une impression de généralité dans les phrases, de manque de réflexion ou de sensibilité. Le ton de la voix est également souvent un obstacle à la communication, surtout lorsque l’autre doit faire des efforts pour que cela ne le perturbe pas et pour rester concentré sur ce que vous dites.
Lorsque le souffle est court, que le débit est trop lent ou trop rapide, que la parole manque de fluidité et que celle qui écoute doit s’adapter à une « fréquence » trop différente de la sienne. La gestuelle peut également perturber (des mouvements, des changements trop fréquents de positions, un regard trop insitant, ou au contraire fuyant, etc.).

3) Exemples d’obstacles à une bonne communication

obstacles-a-la-communicatio

Les obstacles rencontrés lorsque 2 personnes communiquent

Voici quelques exemples montrant la différence de signification entre le message émis et la façon dont il peut être reçu, entre ce que je dis et ce que tu comprends (à travers le prisme de ta réalité).

Les messages qui donnent une solution

« Moi, à ta place… », « tu n’es pas capable de… », « je vais te dire : »

  1. J’ai trouvé ce qu’il te faut
    – la personne entend : tu n’es pas capable de t’en sortir et de trouver la solution par toi-même, voilà mon conseil.
    – cela signifiait en fait : j’ai pensé à quelque chose qui pourrait te plaire
  2. Tu perçois mal les choses, elle n’a pas dit ça, je vais te dire ce qu’il fallait comprendre
    – la personne entend : tu ne comprends vraiment rien
    – elle voulait dire : voyons ensemble quelle a pu être son intention

« Il y a quelque chose qui ne va pas chez toi »

  1. Mon pauv’ chou, c’est vraiment dur pour toi
    – la personne entend : tu n’es pas capable de résoudre seul ce problème, tu n’en as pas les moyens intellectuels
    – son intention était de dire : je suis touché par ce qu’il t’arrive
  2. Tu n’as pas les qualités adéquates
    – la personne entend : je ne t’accepte pas tel que tu es
    – cela peut signifier plutôt : il faudrait peut-être que tu cibles un autre travail
  3. Tu dis que tu seras là à l’heure, mais tu n’y arriveras jamais en partant à cette heure-ci !
    – la personne entend : je ne te fais pas confiance pour la gestion du temps
    – cela voulait simplement dire : selon mes calculs il te manque 15 min pour changer de train
  4. Si j’étais toi, je lui dirais que tu ne peux pas honorer tes engagements
    – la personne entend : tu n’es pas très sérieux, tu promets toujours trop
    – cela peut signifier plutôt : parle lui rapidement afin qu’il s’organise autrement
  5. Ça fait longtemps que tu es embourbé dans tes problèmes, tu en es toujours au même point
    – la personne entend : tu ne peux pas t’en sortir
    – cela peut signifier plutôt : tu as du mal à trouver une solution à ce problème
  6. Si ton mari rentre tous les soirs à minuit, y a des questions à se poser
    – la personne entend : c’est de ta faute si ton mari te délaisse
    – cela peut signifier plutôt : et si vous en parliez sans détours ?

Les messages d’évitement qui nuisent à une bonne communication

Ce sont des messages qui signifient « être en relation avec toi ne m’intéresse pas » ou « être proche de toi me fragilise ».

  1. Ça fait longtemps que je te donne les mêmes conseils, je ne vois pas ce que je pourrais te dire de nouveau
    – la personne entend : tu me fais perdre mon temps.
    – cela peut signifier simplement : je ne sais pas quoi te conseiller pour t’aider
  2. Ce que tu attends de moi est au-dessus de mes capacités, il faudrait voir quelqu’un
    – la personne entend : ton cas est grave, je ne peux pas t’aider
    – cela peut signifier plutôt : je ne pense pas avoir les capacités, quelqu’un de professionnel saura mieux t’aider
  3. Cette semaine je ne suis pas libre, mais on en reparle dans 15 jours si tu veux
    – la personne entend : j’ai mieux à faire que de t’écouter
    – cela peut signifier plutôt : cette semaine, je n’ai vraiment pas un moment de libre, mais d’ici 15 jours oui, si tu as encore besoin de moi
  4. Écoute, ça va être dur de t’aider là… Je viens juste de me remettre de ma séparation avec Simone.
    – la personne entend : j’ai bien assez de mes problèmes pour m’occuper de toi
    – cela peut signifier plutôt : je suis encore fragile. Ton cas me fait peur
  5. Allez, ça va passer…
    – la personne entend : allez, reprends-toi, tu ne vas si mal !
    – cela peut signifier plutôt : j’espère que ça va passer… J’aimerai trouver les mots dont tu as besoin

Conséquences de ce type de communication

Un interlocuteur « je-sais-tout » bloquent souvent le dialogue. Il a une réponse pour chaque question, une opinion sur tout. Il n’y a pas d’espace de liberté, celui qui parle ne trouve pas sa place, il ne se sent pas  valorisé. Il va alors préférer ne plus fréquenter ces personnes incapables d’écouter et dont les conversations sont prétextes à de longs monologues. Quand une personne ne vous parle pas ou se tait quand vous parlez, il convient de se demander quelle est la qualité de notre écoute, et non se persuader que soit elle n’a rien à dire, soit nos propos sont tellement géniaux qu’il n’y a rien à ajouter !

Les relations avec monsieur-madame « je-sais-tout » provoquent des :

  • baisse d’amour-propre
  • diminution de la confiance en soi et capacités à changer
  • baisse d’énergie et d’enthousiasme
  • réduction de l’esprit d’initiative et de la curiosité
  • essoufflement du désir d’entreprendre

Attention cependant

Dans une relation de souffrance, il y a certes les mauvais sentiments que l’un des deux génère, mais il y a aussi « l’aptitude » de l’autre à prendre ces sentiments, à leur permettre de nos pénétrer sans trier. Il est donc nécessaire d’agir là où nous le pouvons, mais surtout pas rester passif.

=> Vous n’êtes pas responsable de ses sentiments à lui !

Il est responsable de sa relation avec vous et des sentiments négatifs qu’il  nourrit à votre égard. Cela vient de lui, et il s’est autorisé à les laisser se développer comme de la mauvaise herbe. Il aurait pu faire un autre choix. Cependant, il est possible que, si vous aussi vous avez une mauvaise estime de vous-mêmee, vous lui transmettiez sans vous en rendre compte des émotions et ressentis négatifs. Si c’est le cas, il faudra travailler cela.

=> Vous êtes responsable de ce que vous absorber !

Cependant, de votre côté, vous n’avez pas aidé à améliorer le dialogue. 1) Parce que vous avez laissé, telle une éponge, les mauvaises ondes vous envahir, vous avez laissé ses mots prendre racine en vous. Vous ne savez pas assez vous protéger. 2) Vous n’avez pas parlé et expliqué vos besoins en matière de relation, et en particulier ce que vous acceptez ou non qu’on vous dise. C’est de votre responsabilité de le faire, du mieux que vous pouvez. Si vous ressentez le besoin d’être aidé pour mieux communiquer, contactez un professionnel de communication et vous libérer plus vite de ce comportement destructeur.

Un article écrit par Malka Berneron

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager