Personnalité borderline & États limites

Les personnalités borderline

Important! La personnalité borderline fait partie des troubles de la personnalité. Ce n’est pas une maladie mentale. C’est un état d’être, de percevoir, de ressentir et d’agir qui perturbe le fonctionnement social, professionnel et qui entraîne une souffrance significative. Il se manifeste pendant la petite enfance et ne se développe souvent pas complètement avant le début de l’âge adulte (entre 20 et 27 ans). La vie de ces personnes peut être grandement soulagée grâce à la thérapie.

Le trouble de la personnalité borderline (ou trouble de la personnalité limite) est caractérisé par des émotions intenses, des comportements impulsifs et une instabilité de l’identité, des difficultés relationnelles importantes avec leur partenaire, leur famille, leurs amis, et leurs collègues de travail.

La personnalité borderline est émotionnellement labile; elle comprend deux types cliniques: le type impulsif et le type borderline qui indiquent une perturbation de l’image de soi, des incertitudes concernant les objectifs, les valeurs, les préférences personnelles et un sentiment souvent envahissant de vide.

Caractéristiques des personnalités borderline

Une personnalité borderline a des difficultés à gérer ses émotions et contrôler ses impulsions. Elle a des réactions émotionnelles exagérées et surprenantes, des changements d’humeur rapides et intenses. Elle passe également rapidement de l’amour à la haine, de la bonne humeur à la colère, ou de la joie à la tristesse, irritabilité, anxiété.

Principales caractéristiques

  • la perturbation de l’image de soi
  • un comportement instable qui rend souvent fragiles leurs relations avec les autres. Cela intensifie à son tour leur sentiment de vide, de colère, de culpabilité et de désespoir, mais aussi intolérance à la frustration.
  • peur du rejet et d’être délaissé, difficulté à supporter la solitude.
  • incertitude concernant les objectifs, les préférences, les choix, les valeurs.
  • lutte aussi contre l’anxiété, la dépression, des troubles du comportement face à l’alimentation, et/ou des abus de substances.
  • tendance à s’engager dans des relations intenses et instables. Ce comportement  conduit fréquemment à des crises émotionnelles et peut s’associer à des efforts démesurés pour éviter les abandons et des menaces répétées de suicide ou des gestes auto-agressifs, comportements à risque. Les personnes sont souvent manipulatrice du fait de colères intenses.
  • dépense beaucoup d’énergie pour gérer ses émotions, et les conflits avec son entourage

/fusion_text]

Comment les traiter

Sans thérapie, ce trouble peut céder la place à d’autres problèmes comme l’alcoolisme ou la dépression.

Les objectifs thérapeutiques

  • acquérir une meilleure connaissance de soi
  • analyser, comprendre et modifier ses réactions impulsives
  • développer des stratégies pour mieux gérer ses émotions et sa détresse
  • développer des relations interpersonnelles plus harmonieuses
  • améliorer sa qualité de vie
  • diminuer les comportements suicidaires
  • diminuer les comportements interférant avec la qualité de la vie
  • responsabiliser
  • efficacité interpersonnelle
  • régulation émotionnelle
  • résolution de problèmes
  • diminuer les stress post-traumatiques
  • augmenter le respect de soi
  • atteindre les objectifs individuels

Il n’existe pas de médicaments spécifiques pour traiter ce trouble. Dans certains cas, une médication peut être prescrite afin d’atténuer des symptômes difficiles à maîtriser, tels que :

  • anxiété
  • dépression
  • impulsivité
  • variations de l’humeur
  • perte de contact avec la réalité

La majorité des personnes atteintes de ce trouble deviennent de plus en plus stables dans leurs émotions, leurs relations et leur travail quand elles atteignent entre 30 et 40 ans, c’est-à-dire que leur intensité émotionnelle diminuera, les comportements perturbateurs (automutilation, idées suicidaires, etc.) diminueront avec le temps.

/fusion_text]

Vidéos

Pr. Bernard Granger, psychiatre et psychothérapeute, responsable de l’unité Psychiatrie adultes du pavillon Tarnier de l’hôpital Cochin à Paris

Vos remarques, questions et demande de consultation avec le consultant de cet article

Je souhaite recevoir la newsletter 1 à 2 fois /mois