Soutien psychologique pour l’obésité

Traiter l'obésité par la thérapie

Important! En dehors de tout problème médical et/ou héréditaire, on peut manger en excès en raison de difficultés psychologiques et émotionnelles. En effet, les problèmes psychologiques et relationnels peuvent entraîner des modifications quantitatives et qualitatives dans la façon de se nourrir. Et ceci parfois à l’insu même de la personne qui peut ne pas avoir conscience de ce changement. Nous mangeons aussi en excès pour s’apaiser, étouffer des pensées, des émotions, des sentiments douloureux. Le Soutien psychologique pour l’obésité est une étape fondamentalement pour reprendre le contrôle de sa vie.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Définition de l’obésité

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’obésité se définit comme une accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle qui peut nuire à la santé. La masse grasse « normale » est habituellement plus faible chez l’homme (10 à 15 % du poids du corps) que chez la femme (20 à 25 % du poids).

L’IMC

Pour caractériser l’obésité, on utilise l’indice de corpulence (IMC) qui se calcule en divisant le poids (en kg) par la taille(en m) au carré. La valeur normale est de 20 à 25 chez l’homme et de 19 à 24 chez la femme. On parle de :

  • surpoids pour un IMC entre 25 et 29,9
  • obésité pour un IMC entre 30 et 39,9
  • obésité morbide pour un IMC à partir 40

Cet indice est plus performant dans l’appréciation de l’obésité que la simple mesure du poids. Il permet en effet de moins pénaliser les personnes ayant une forte stature. Pour les enfants, ce calcul de l’IMC n’est pas pertinent. Il faut utiliser la courbe de corpulence du carnet de santé.

Pourquoi mange- t- on?

Certains se plaignent d’une sensation douloureuse de vide intérieur, tandis que d’autres parlent plutôt de trop-plein. Ainsi, manger devient alors un moyen de ne pas penser, de masquer les problèmes. Grignoter procure un plaisir facile et immédiat qui permet de combattre tout à la fois le vide interne, une insatisfaction globale, une anxiété et/ou un état dépressif. S’alimenter représente aussi une manière de dissimuler son agressivité, sa violence.

Des expressions entendues comme « je l’aurais bouffé » ou « j’ai ravalé ma haine »,  « elle me gonfle », « je ne fais pas le poids », illustrent bien le passage dans le corps d’émotions inexprimables. Les problèmes psychologiques et relationnels que l’on se masquait en mangeant sont plus que jamais présents si l’on ne recourt plus à ce système de défense.

L’aide de la psychothérapie

La thérapie pour lutter contre l'obésité

Comprendre le poids des kilos en psychothérapie

C’est la raison pour laquelle une psychothérapie semble nécessaire pour comprendre sa façon de s’alimenter et ainsi maigrir durablement.

L’aide psychologique doit être adaptée au niveau des difficultés rencontrées. Il peut s’agir d’un soutien psychologique, d’une thérapie cognitive et comportementale de moyenne durée. Ou encore d’une psychothérapie faisant référence à la psychanalyse, aux thérapies projectives, ou à d’autres écoles de pensée.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Maigrir durablement

obesite-en-parler

Prendre le chemin de la guérison et consulter

Certes, c’est presque toujours difficile et nécessite une remise en question qui déborde le champ alimentaire, mais vu sous cet angle, c’est aussi une aventure qui peut enrichir la vie. J’ai souvent remarqué que le problème d’obésité était lié à un problème de place.

En effet, dans l’obésité, le corps prend de la place et à travers celle-ci exprime son besoin de place.

Quelle est ma place dans mon travail, dans mon couple, dans ma famille, dans mon enfance? Comment faire pour trouver cette place dont j’ai besoin?
Ce sont les différentes questions évoquées lors de mes consultations en libéral et les réponses pertinentes aident souvent à résoudre une partie du mal-être du surpoids voire de l’obésité.

Le jour où je me suis aimé

Image de soi et obésité

Estime de soi et Surpoids

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer.

Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Estime de soi.

 Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation, ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Respect.

Poème de Charlie Chaplin sur le mieux être

Charlie Chaplin sur le divan

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Amour Propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les mégaprojets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime, quand ça me plait et à mon rythme. Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison et me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé. Aujourd’hui, j’ai découvert l’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir, mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient un allié très précieux. Tout ceci est… Savoir vivre.
Charlie Chaplin

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager