Anorexie et Boulimie

Boulimie et Anorexie : des troubles à prendre très au sérieux

 Important!Pour reconnaître l’anorexie et la boulimie ou encore l’hyperphagie, il est nécessaire de lister les troubles des conduites alimentaires. Vous avez grossi ou maigri anormalement. Vous dissimulez ce que vous vivez et mentez à votre entourage. Vous n’êtes pas accessible au dialogue et êtes entré dans une phase de solitude et d’isolement?

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Cibler les troubles du comportement alimentaire

  • vous-même ou un membre de votre entourage souffrez d’un trouble de conduite alimentaire
  • le poids : vous en avez perdu beaucoup ces derniers temps
  • alors que votre entourage vous dit le contraire, vous trouvez vraiment trop gros
  • vos règles ont disparues depuis plusieurs mois
  • vous êtes continuellement préoccupé par la nourriture
  • lorsque vous commencez à manger vous ne pourrez plus vous arrêter
  • vous pouvez manger jusqu’à vous rendre malade, avoir le ventre distendu et gonflé, avoir envie de vomir, et ne plus pouvoir bouger… Alors vous souffrez peut-être d’anorexie ou de boulimie…

Profile des personnes anorexiques

Vous avez le plus souvent entre 12 et 20 ans, ou peut être plus ; le plus souvent vous commencez un petit régime pour venir à bout de quelques rondeurs.

Vous mangez peu, et vous choisissez vos aliments, vous aimez mijoter des petits plats pour votre famille, mais vous vous trouvez trop grosse pour vous permettre d’y toucher… Et pourtant, votre entourage vous le répète : « mais non ! Tu es toute mince, tu veux perdre un os ou quoi ?« . Mais rien n’y fait…

Maintenant, vous avez maigri, beaucoup même ; vous cherchez à « cacher » vos résultats sous des vêtements un peu amples, vous falsifiez vos pesées… Et n’êtes toujours pas satisfaite de l’image que vous renvoie le miroir.

La lente chute vers l'anorexie

L’anorexie : une image de soit déformée

Vous pratiquez le sport à outrance, sans fatigue jusqu’à l’épuisement, vous avez de brillants résultats scolaires, une boulimie de connaissance. Il vous arrive aussi, de prendre des laxatifs ou des diurétiques ou de vomir pour contrôler votre poids.

En super forme,  vous sentez bien ! Vous n’êtes pas angoissée et vous ne comprenez pas que votre entourage puisse se faire du soucis sur votre état de santé que vous jugez très bon.

Pourtant, vos cheveux sont secs, vous êtes fatiguée, vous êtes constipée, votre peau est peut-être un peu violacée, froide et moite, vous avez souvent froid.

Le bilan sanguin montre que vous pouvez être anémiée, il est perturbé. Parfois vous pouvez ressentir une envie impérieuse de manger et là vous ne pouvez plus vous arrêter.

Il est plus que probable qu’alors vous souffriez d’un trouble du comportement alimentaire, plus exactement d’anorexie.

Si vous lisez cette page aujourd’hui c’est peut être qu’une part de vous-même s’en rend compte. Au dessous d’un certain niveau de poids, elle peut entraîner d’importantes carences et tout doucement, sans vous en rendre compte, vous affaiblir jusqu’à mettre votre vie en danger car l’anorexie est une maladie grave qui peut aboutir à la mort de la personne.

Évidement, vous pensez garder la maîtrise : « non pas moi je gère ». Mais tout de même si vous preniez un moment juste un petit moment de votre vie, là, pour parler de ce que vous vivez avec un psychologue du site.

2) Les boulimiques

Etre boulimique et s'en sortir

Boulimie et troubles alimentaires

C’est un trouble très fréquent du comportement alimentaire, dont l’âge moyen d’apparition est 19 ans. Comment savoir si vous ou un membre de votre entourage est concerné ?

En toile de fond, vous vous reconnaissez dans :

a. Les conduites boulimiques

  • la nourriture vous préoccupe constamment (envie obsédante de nourriture)
  • vous avez envie de manger, vous lutter pour résister, vous avez peur de manquer
  • les stratégies d’évitement n’ont plus de secret pour vous- absence d’argent sur vous (voir les troubles de l’argent– pas de temps morts dans la journée, pas de solitude, évitement des lieux à risques.
  • vous aimez cuisiner
  • l’obsession des régimes vous envahit depuis un bon bout de temps (vous alternez entre la peur de grossir et celle de ne plus pouvoir vous arrêter de manger)
  • vous n’aimez pas manger en compagnie ou à heures fixes

b. Anorexie, boulimie : enquête

Parfois, vous avez des conduites impulsives comme l’achat d’objets inutiles, collectionner les bijoux, les vêtements, les livres, ou encore vous êtes une « boulimique sexuelle ».
Il vous arrive aussi que, face à la séparation, le changement ou la rupture, vous perdez le contrôle. Vous avez alors des pulsions irrésistibles à manger, vous ressentez une vague sensation envahissante et oppressante de faim accompagnée d’angoisse et d’irritabilité :

  • vous commencez un accès boulimique
  • la vitesse avec laquelle vous mangez confirme que vous êtes alors en « crise ». Tout ce que vous trouvez sous la main est bon, avec une prédilection pour les aliments sucrés très caloriques.

c. L’accès boulimique

La pulsion à ingurgiterVous mangez n’importe quoi, vous videz le frigo, les placards. N’importe comment, debout, mal assis, sans mastiquer. Sans plaisir gustatif, en vous cachant des autres, aux toilettes, derrière une porte, dans votre chambre.

Parfois jusqu’à l’étouffement, jusqu’à ce que vous ayez mal au ventre, que vous ne puissiez plus bouger ou qu’un événement extérieur vienne vous arrêter.

Vous ressentez alors parfois un soulagement transitoire mais le plus souvent un malaise profond. Physique tout d’abord, avec des nausées, maux de ventre, et fatigue.
Psychique aussi, car vous ressentez de la honte, des remords, de la culpabilité, un mépris de vous-même.

Vous avez l’impression d’être difforme, d’avoir perdu le contrôle. Si vous êtes obèse, vous pouvez trouver de l’aide dans la thérapie dans les cas de surpoids.

d. Vous vous en voulez

Et il arrive que pour mettre fin à ces sensations, vous vous alcoolisiez, vous vomissiez ou vous vous endormiez. Vous conservez malgré tout un poids normal, car vous pouvez alterner avec des périodes d’anorexie, car vous vous faites vomir, prenez des laxatifs et des diurétiques.

e. Risques pour la santé physique et mentale

Les risques pour votre santé sont importants : troubles des cycles menstruels. Conséquences des vomissements répétés : les dents, les gencives, le pharynx, l’œsophage sont atteints.
Il apparaît aussi des risques d’évolution vers l’apparition de conduites suicidaires, toxicomaniaques et dépressives.

Assez !

Vous en avez assez ! Vous aimeriez sortir de cet engrenage, mais vous n’y arrivez pas,
vous replongez encore et encore. Alors ne rester pas seule, il y a des aides possibles, un travail à faire avec un thérapeute qualifié pour sortir de l’impasse et apprendre à aller mieux.

Anorexie et boulimie : questions réponses

Souffrant depuis plusieurs années de tendances anorexique/ boulimique et, plus récemment, d’une certaine addiction à l’alcool, je souhaite aujourd’hui entamer un véritable travail de thérapie. J’en ai besoin pour pouvoir enfin mettre un terme à ces différentes dépendances.

Travaillant au Laos, je n’ai pas la possibilité de pouvoir consulter sur place (en tout cas pas en français – ma langue maternelle). C’est la raison pour laquelle je vous contacte. Le choix d’une thérapie en ligne n’est pas lié à une volonté d’anonymat, mais bien plutôt à l’impossibilité de me déplacer. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je préférerais effectuer cette thérapie dans des conditions qui se rapprochent le plus d’une séance classique, c’est à dire par le biais d’une webcam.

Avant de commencer, et dans la mesure où je souhaite accomplir une « vraie » thérapie, je vous serais grandement reconnaissante de bien vouloir m’indiquer si mes demandes vous paraissent raisonnables.  Pensez vous qu’il me sera possible, bien que par le biais d’Internet et sur Skype avec vous, de mener à bien une véritable thérapie. Merci à vous. Marie

Bonjour Marie
Je viens de prendre connaissance de votre demande concernant la pertinence de la mise en place d’une thérapie par téléphone ou webcam. Je pense qu’effectivement il est tout à fait possible de mener à bien une thérapie via le téléphone ou internet à conditions de fixer un cadre proche de celui que nous pourrions envisager en face à face.

En effet, c’est ce que tend à démontrer une petite étude australienne menée auprès de 45 personnes ayant été diagnostiquées dépressives. Pendant huit semaines, plus de la moitié d’entre elles ont participé à un programme de psychothérapie à distance, par Internet, et les autres n’ont suivi aucune thérapie (groupe témoin).
À la fin de l’essai, 41 % des participants du groupe Internet étaient jugés rétablis, comparativement à 6 % au sein du groupe témoin. Cette efficacité clinique est semblable à celle obtenue lors de séances en « face à face », selon les auteurs de l’étude.

Concrètement, nous pouvons étendre cette pratique aux autres diagnostiques ; ce qui reste très important, c’est votre volonté d’entreprendre une thérapie, la compétence du thérapeute bien sur, mais aussi le transfert, le cadre,  tout peut se mettre en place de la même manière qu’en face à face.

En ce qui vous concerne Marie, vous me dites souffrir de tendances anorexiques, boulimique avec aujourd’hui la survenue d’une problématique à l’alcool.
Vous prenez conscience de votre malaise et c’est bien, car en effet, il y a quelque chose à faire, une thérapie pourra vous permettre de comprendre ce qui se passe pour vous, de mettre à jour vos conflits et de petit à petit trouver une issue nouvelle.

Vous vivez à l’étranger depuis deux ans, et je vous confirme qu’il est préférable de suivre une thérapie dans sa langue maternelle. Je vous propose de fixer un rendez-vous par web cam et, suite à cela, d’envisager les modalités d’une thérapie si vous le souhaitez.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager