Différences entre les thérapies

Différences et questions sur les psychothérapiesDifférences et questions sur les psychothérapies. Pour quels troubles les recommande-t-on et quel est le profil des candidats. L’efficacité de la thérapie sur la santé est elle reconnue? Thérapies brève, comportementale et cognitive, analytique, psychanalyse, corporelles: cette rubrique fait le point. 

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

La thérapie brève

Comme son nom l’indique une thérapie brève est limitée dans le temps. Ce type de psychothérapie ne s’étendra pas au-delà d’une année, à raison d’une séance par semaine, et peut ne prendre que quelques séances. Les thérapies brèves auront pour objet de résoudre des problèmes ponctuels ou circonscrits, pouvant être appréhendés sans explorer les profondeurs de l’inconscient de l’individu.

Thérapies comportementales et cognitives

Les TCC ont pour objectif de corriger un comportement en modifiant la pensée- on peut parler de conviction, croyance qui le gouverne. Contrairement aux thérapies analytiques, elles ont un but curatif clair, défini au départ. On va chercher à permettre au patient de dépasser une phobie, d’améliorer sa relation aux autres et communiquer de façon satisfaisante, son estime de lui-même, en lui apprenant à analyser ses pensées et à les reformuler.

La thérapie analytique

A la différence de la thérapie comportementale et cognitive, la thérapie analytique a pour objectif de chercher à comprendre les mécanismes, inconscients qui gouvernent nos comportements, avant que de chercher à les résoudre. Et la différence de la psychanalyse, la thérapie analytique est directive, c’est-à-dire que le thérapeute intervient et oriente le patient, là ou l’analyste est très peu interventionniste.

Qu’est-ce qu’une psychanalyse

La psychanalyse inventée par Freud, il y a de cela 110 ans, est à la fois une technique d’investigation de la personnalité et une psychothérapie longue. On va chercher à comprendre la raison du symptôme, et accessoirement à le résoudre. Une psychanalyse peut d’ailleurs être suivie en parallèle d’une psychothérapie.

Qu’appelle-t-on thérapie corporelle

C’est une psychothérapie qui prend en considération le lien corps esprit, et met en corrélation les maux de l’un avec ceux de l’autre. Elles portent fréquemment le nom de leur inventeur exemples – méthode VittozMéthode Trager etc… Ces méthodes ne conviennent pas aux gens qui ne sont pas pleinement conscients de ce lien corps et esprit, ou qui ne supportent pas le contact physique.
Ces thérapies vont travailler à un meilleur équilibre, en agissant sur et avec le corps et l’esprit.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Questions sur les thérapies et les thérapeutes

Tout le monde peut-il suivre une psychothérapie

En principe, tout le monde pourrait suivre une psychothérapie. Du moins tout le monde en âge de s’exprimer. Il est important d’adapter la psychothérapie au patient, et non pas le contraire.

Les thérapeutes exercent-ils de la même manière

Non bien sûr. Cela dépend d’une part de la formation des thérapeutes, d’autre part de leurs choix méthodologiques, de leur propre personnalité et enfin de leur vécu.

Est-on obligé de prendre des médicaments

Sauf à souffrir de symptômes invalidants, la prise médicamenteuse doit être circonscrite et les médecins n’en délivrent d’ailleurs normalement qu’avec de grandes précautions. Car les médicaments utilisés dans le cadre psycho thérapeutique sont autrement plus lourds que le cachet de paracétamol qui fait passer le mal de tête : ce sont des agents qui agissent chimiquement sur les organes responsables des sensations, de la décision. Leurs effets secondaires ne sont pas négligeables : prudence donc…

Changer de thérapeute en cours de thérapie

Oui cela arrive et est même souhaitable dans certains cas. La rupture de la relation thérapeutique peut se faire à l’initiative du patient, du thérapeute, ou d’un commun accord. Une thérapie sans confiance mutuelle risque de ne pas aboutir.

Peut-on tout dire à son thérapeute

Oui, car le code de déontologie de sa profession, quelle qu’elle soit, l’oblige normalement au secret professionnel. Excepté les cas où la loi l’y contraint, le thérapeute ne laisse donc rien sortir de son cabinet et on peut tout lui dire. En particulier ce qu’on se refuse à dire à soi-même ou aux autres.

Comment se déroule une séance

Aussi variés que le choix du psychothérapeute, le mode de déroulement de la séance dépend de la thérapie choisie. Certains vous recevront en face à face, d’autres pas, certains parleront, d’autres pas, les séances auront une durée variable ou fixe, vous bougerez ou vous parlerez. C’est aussi en fonction de la personnalité du patient qu’une thérapie sera indiquée ou pas : on n’impose pas de parler à quelqu’un qui se met en incapacité de le faire. Pour cette raison la première séance chez le thérapeute est fondamentale : elle permettra de cerner les besoins du patient et de répondre à toutes ces questions, afin d’éviter de mauvaises surprises.

Peut-on demander ses qualifications à un thérapeute

La déontologie professionnelle des thérapeutes leur impose de faire toute la lumière sur leur cursus et leurs méthodes sur le fait qu’ils sont supervisés ou non etc. Cette absolue transparence est obligatoire dans l’intérêt du patient comme du thérapeute : le premier y trouve la certitude que sa confiance est fondée, et le second que son patient est en confiance et que son travail est efficace.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager