EMDR: traiter les souvenirs

Consultations en EMDR

L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une technique « associative » qui permet la mise en lien d’un état émotionnel présent, avec des souvenirs anciens, oubliés ou refoulés. Elle favorise également la verbalisation et l’expression émotionnelle. La thérapie par les mouvements oculaires a pour but de soigner les événements traumatiques. Elle est actuellement reconnue comme étant la méthode la plus efficace et la plus rapide.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

Le but recherché

Elle occupe une place prépondérante en thérapie car elle permet de désactiver l’émotion négative associée à ce que la personne a vu et entendu. Elle régule le ressenti sensoriel et émotionnel ou à ce qu’elle a pu se dire mentalement (pensées négatives, croyances, décisions sur sa vie future…) au moment de l’événement traumatique.

Lorsque l’on a été témoin d’un événement terrible, physique ou émotionnel, ayant mis en cause l’intégrité de la personne ou que l’on était présent sur le lieu où il s’est déroulé, on parle de syndrome de stress post-traumatique (TSPT). L’EMDR trouve toute son application dans le traitement du traumatisme.

Dc Teboul : un intervenant passionnant

Comment ça marche

Durant la séance, le cerveau met en route un système interne de retraitement de l’information. Les émotions perdent de leur intensité. Les pensées ou croyances négatives sur soi-même se transforment en affirmations positives. Le souvenir s’éloigne car il est mis en mémoire à long terme.

Ce que bouger les yeux déclenche

Regarder dans certaines directions

IMO et EMDR s’intéressent aux événements traumatiques et à la façon dont une personne traite une information avec son champs de vision : regarder en haut témoigne souvent de la recherche d’un souvenir visuel, le positionnement à droite ou à gauche évoque un contenu auditif, lorsque l’on regarde en bas cela est souvent relié à un ressenti, etc…

Le déplacement rapide des yeux

Selon la direction, le déplacement occulaire va agir sur certains sens et en diminuer la charge émotive et les pensées négatives liées à l’événement traumatique fixés par le cerveau. Partant de cette constatation, des chercheurs se sont demandé si encourager une personne à regarder dans différentes directions, pourrait « pousser » le cerveau à accéder à de nouvelles informations sensorielles auxquelles une personne ne peut accéder consciemment. L’hypothèse était qu’il serait possible de se servir des mouvements oculaires pour diminuer l’intensité des émotions négatives à l’origine d’un mal être parfois chronique.

Des yeux et des mots

Pendant les exercices, le thérapeute répète certains mots clefs et aide son client à modifier ses représentations mentales. Celui- ci est toujours libre d’accepter ou de refuser, selon son état émotif, ce qui est proposé. Au cours et à l’issue de la séance, on observe des réactions physiques, émotionnelles, cognitives, visuelles, auditives, etc. Les exercices se poursuivent jusqu’à disparition du problème.

Mouvements  occulaires pendant le sommeil

Quand nous rêvons, durant le sommeil paradoxal, nous faisons des petits mouvements oculaires rapides, ce qui correspond à un travail de classement et traitement d’informations, de sensations, d’émotions, d’événement par notre cerveau. L’EMDR reproduit volontairement cette activité cérébrale naturelle de « digestion » par la répétition de ces mouvements oculaires.

On ne sait pas vraiment comment cela fonctionne, mais le mouvement oculaire a pour principal effet de synchroniser l’activité des deux hémisphères cérébraux – aires sensorielles et cognitives- ce qui pourrait remettre en route le cerveau émotionnel (système limbique) où sont traitées les émotions, et donc celles qui sont liées à un traumatisme.

L’EMDR ne fait pas intervenir la volonté, elle permet de retrouver des souvenirs émotionnels profonds et de les digérer, si bien que la personne ne souffre plus quand elle repense à l’événement traumatisant.
L’EMDR n’efface pas le passé : le passé ne fait plus mal.

Dans quel cas utiliser l’EMDR?

Lorsqu’un événement traumatique bouleverse notre vie (la mort d’un proche, pour traiter le trauma du à un viol, un accident, une agression ou un forte émotion négative), il ouvre une « plaie » dans notre cerveau émotionnel. Fort heureusement, et tout comme la peau, notre cerveau a une fabuleuse capacité à réparer les blessures et souffrances qui perturbent notre qualité de vie et parfois même notre équilibre psychique.

Pour les grandes épreuves et souffrances

  • accidents de la route
  • agressions
  • explosion, tremblement de terre, guerres
  • pour faire son deuil d’un  être cher disparu ou le deuil de tout autre aspect de la vie
  • comportementaux dysfonctionnels
  • relations toxiques
  • difficultés à sortir d’un schéma de pensée ou d’une façon de fonctionner ou d’être en relation

Comment se déroule une séance

La séance dure une heure et demie. A tout moment vous gardez la maîtrise du processus.
La première consultation est un entretien durant lequel le praticien vous écoute. Ensuite il vous invite à évoquer le souvenir perturbateur pendant laquelle il effectue une stimulation visuelle (mouvements oculaires en suivant un objet), tactile (en touchant alternativement les cotés gauche et droite de vos bras), ou sonore (gauche puis droite).

3 étapes

  1. Décrire un endroit que nous connaissons bien, qui nous sécurise et nous réconforte, dans lequel nous aimons nous retrouver. Cet endroit peut être réel ou imaginaire. A tout moment de la séance, si nous le désirons, nous pourrons faire appel à cette image mentale et « retourner » dans ce lieu si nous ne nous sentons pas à l’aise pendant l’exercice.
  2. Nous choisissons une scène traumatique passée ou présente en essayant de ressentir l’émotion qu’elle suscite. Le thérapeute demande à la personne ce qu’elle ressent dans son corps lorsqu’elle revit mentalement une scène traumatisante et l’invite à se concentrer sur ces sensations. Puis il fait une quinzaine d’allers-retours cadencés avec sa main, de gauche à droite, amples et précis, larges d’un mètre environ et nous demande d’évaluer l’intensité de l’émotion. Les exercices se font jusqu’à diminution satisfaisante de l’intensité de l’émotion.
  3. Puis le thérapeute introduit une dimension positive qui va être reliée à l’événement traumatisme, permettant au patient de prendre du recul par rapport à l’incident (qui bien sur n’est pas pour autant oublié).

Contre indications

Si une personne est trop fragile et vulnérable au moment de la séance, ou se trouve seul sans proches pour la soutenir éventuellement, on retardera les séances en EMDR.

Qui utilise l’EMDR

Dans le champ de la psychothérapie, les thérapeutes peuvent avoir besoin d’utiliser des outils puissants pour traiter en particulier les états de stress post-traumatiques et les souvenirs récurrents et négatifs. L’EMDR et IMO en sont deux.

Les exercices en EMDR effectuent un mouvement « de l’intérieur » vers « l’extérieur », afin de « déloger » l’émotion et l’événement qui l’a déclenché, ce qui permet alors à la personne de les reconsidérer et y porter un nouveau regard, une autre perspective.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager