Les tensions familiales

Tensions familiales parents et enfants

Questions Réponses: les tensions familiales sont au mieux une fringante bourrasque, au pire un ouragan. A moins que ce ne soit le contraire et que ces tsunamis soient un ‘Tout Ami’! Les crises dans la famille nous obligent à nous interroger, sur nous-mêmes et sur le système dans lequel notre famille fonctionne. Les tensions familiales pointent le doigt sur le besoin de sang neuf, celui de se renouveler, de sortir des croyances et des convictions qui nous empêchent d’avancer. Les crises familiales sont une bénédiction: comment comprendre ce qu’il s’y joue.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

Je ne veux pas qu’ils divorcent

Mes parents sont divorcés mon père veut habiter dans un autre pays et ma mère a besoin d argent et m utilisé avec mon père pour en avoir j arrive plus à aime ma mère on se dispute tout le temps et je veux pas qu ils aient d autres relation et j ai pas envie d reperdre dès gens que j aime que deux de mes amies sont au courants et ne m aident pas trop. Eliana

Bonjour Elina: j’ai bien reçu ton message expliquant que ton père veut repartir vivre dans son pays, et que depuis, cela ne va plus bien du tout entre ta mère et toi. J’aurais pas mal de questions, mais je vais rester sur les 4 sujets que tu évoques dans ton email.

1) « ma mère a besoin d argent et m’utilise »

Est-ce toi qui a formulé cette phrase Elina, où est ce ce que c’est ton père qui te le dit? Parlons du fait qu’un père donne de l’argent à la mère de son enfant:  si tu es mineure et que tu dépends encore de tes parents, alors il semble évident que ta mère a besoin, pour t’élever, d’une pension alimentaire. C’est la loi, il n’y a pas à discuter de cela: ton père part dans un autre pays, mais il est encore ton père et être père cela veut aussi dire soutenir financièrement le parent qui s’occupe de l’enfant.

Il est d’ailleurs possible qu’il ne remette pas en question ses responsabilités à ton égard, mais qu’il discute le montant de cette somme. Dans tous les cas de figure, ce sujet ne te regarde pas, ils sont un homme et une femme qui se sont choisis avant ta naissance, et qui maintenant décident de se séparer. Mais ils ne se séparent pas de toi: toi tu es leur fille et cela pour toujours; mais les problèmes d’argent n’ont rien à voir avec toi.

Dans cette phrase, tu emploies une drôle de formule, tu dis que ta mère : « m’utilise avec mon père » (pour avoir de l’argent). Est-ce une faute de grammaire, car il alors fallu écrire « ma mère m’utilise pour prendre de l’argent à mon père ». Je ne peux pas vraiment savoir ce que tu veux dire, mais je me demande si tu parles d’une sorte de jeu entre tes parents et dont tu serais la victime. Tu y réfléchiras.

2) j’arrive plus à aimer ma mère

Bon… cela arrive 🙂 Tu vois, je ne m’affole pas, je pense que c’est normal de ne pas tout le temps s’aimer. Ce qui est embêtant, c’est quand on n’essaie pas de voir si l’on peut faire quelque chose pour détendre l’atmosphère: est ce que la vie avec elle est insupportable? Est-ce que cela serait ok pour toi de lui parler de ce qui ne va pas, d’exprimer précisément et clairement tes besoins.

Par exemple, au lieu de dire « je veux que tu t’occupes plus de moi », mais « j’ai besoin qu’on sorte ensembles une fois par semaine« . Ou encore, plus en détail: « maman,  je voudrais te parler du ménage dans ma chambre: je ne supporte pas que tu me dises comment ranger ma chambre; j’ai besoin de me sentir dans mon espace à moi sans que tu décides à ma place quoi faire et comment la nettoyer et y faire de l’ordre. Je peux te promettre d’essayer de vider les poubelles quand elles débordent mais j’ai besoin que tu entendes ma demande.« 

Et du coup, tu pourrais vérifier si tu ne l’aimes pas du tout, ou si ce sont certains aspects de la vie avec elle que tu n’aimes pas. Peut être qu’en parlant des sujets qui fâchent, tu parviendrais à vivre plus en harmonie avec elle jusqu’au jour ou tu seras indépendante financièrement et où tu voudras avoir ton propre chez toi.

3) je veux pas qu’ils aient d’autres relations

Tu dois être très jeune, car il y a un âge où l’on comprend que l’on ne doit pas espérer cela, car ce n’est pas juste pour tes parents. Ce n’est pas parce qu’ils ne s’aiment plus qu’ils n’ont pas le droit de vivre une autre histoire d’amour et vivre avec une autre personne. Tout comme toi Elina, tu choisiras une homme que tu aimeras et avec qui tu décideras de vivre. Ce sera ton choix et tes parents n’auront pas à se mêler de ce choix, ce sera ta vie à toi. Ensuite tu écris:

4) « j’ai pas envie de reperdre dès gens que j’aime »

Est ce que tu parles de ton père et de son départ, que tu ressens comme une perte, et alors c’est bien compréhensible de le redouter: grandir entourés de nos deux parents est une désir légitime. Mais cela n’est pas toujours possible, et il faudra apprendre à y renoncer. D’ailleurs, c’est bien cela grandir: faire des choix et donc renoncer à d’autres choix. Tu ne vas pas les perdre Elina, tu vas vivre avec eux une relation nouvelle et différente, et il se pourrait bien que tu kiffes cette nouvelle vie!

Mais tu dis « reperdre », sans m’en dire d’avantage, et ce serait important de savoir à quelles autres pertes tu fait allusion, car alors, il est clair que tu crains encore plus de revivre quelque chose que tu à déjà vécu.

5) « mes amies ne m aident pas trop »

Les amies sont parfois douées pour nous aider, et parfois non. Il est aussi possible qu’elles désirent t’aider, mais ne savent pas quoi te conseiller, et ce n’est pas pour autant qu’elles ne t’aiment pas. Mais alors, que peux-tu faire pour être tout de même écoutée et pouvoir parler librement à quelqu’un?

Je suis  thérapeute, et connaissant les bienfaits que peuvent apporter quelques consultations,  je t’aurais conseillé de consulter. Dis à tes parents que tu as besoin d’aide pour digérer ce qu’il se passe dans la famille et que tu voudrais parler à un psy pour aller mieux. C’est leur job de parents de t’aider dans ce sens, et je n’ai pas de doute qu’ils sauront entendre ta demande.

Je te souhaite plein de bonnes choses Elina, envoie moi un petit message pour me dire comme c’est dans le nouveau pays de ton père et si tu t’y es faite des amis 🙂

J’ai besoin d’eux mais ils ne sont pas là

J’ai été opérée d’un cancer du sein et je poursuis une cure de chimio puis de radiothérapie. J’ai toujours préservé mes enfants face à mon état tout en leur expliquant les choses. A ce jour pour des futilités, les 3 se sont mis contre moi et ne me parlent plus. Je souffre de ce manque de soutien mais surtout de cette indifférence. J’ai la chance pour l’instant que tout se déroule bien depuis ma maladie je prend sur moi… mais ils se montrent égoïstes. Yasmine

Bonjour Yasmine

J’ai bien lu votre message et la situation dans laquelle vous vous trouvez au niveau santé. Vous ressentez une indifférence de vos enfants et cela vous fait souffrir et je comprends que vous voudriez travailler cela. La façon dont les enfants réagissent à l’annonce de la maladie d’un de leur parent se situe à plusieurs niveaux possibles Je vais en évoquer certains avec vous:

1) Il ne s’agit pas d’une réaction à votre maladie, mais c’est la maladie qui suscite en eux le besoin de parler de choses qui les font souffrir, eux. Et cela émerge maintenant. Pourquoi? Parce la maladie d’un membre d’une famille est un élément qui bouleverse l’équilibre de toute la famille et souvent de chacun d’entre eux. C’est peut-être cela qu’il est en train de vous arriver. C’est alors l’occasion d’ouvrir des dossiers en latence et de libérer la parole. Vous pourriez les rassembler ou parler à chacun d’entre eux afin de leur permettre de vérifier ce qu’ils ont à vous dire.

2) Les enfants ont tendance à beaucoup culpabiliser et à se poser des questions: « aurais-je pu faire quelque chose pour ma mère, quelque chose qui l’aurait protégée » (une sorte de pensée ou attitude magiques)? « Si j’avais été un meilleur fils, elle ne serait pas tombée malade« , ou encore « j’aurai du m’en apercevoir si j’avais fait attention à elle« , etc.

3) Un événement sur lequel ils n’ont aucun pouvoir et qui les renvoie à toutes ces autres parties de la vie qui leur échappent. La maladie de leur proche est alors une sorte de crise de vie pour eux aussi, à un niveau plus existentiel ou spirituel. Leur « indifférence » serait alors un retrait pour mieux réagir et se protéger, et parfois aussi un désespoir (qui fait écho à celui que vous ressentez parfois?)

Dans tous les cas de figure Yasmine, je vous recommande 3 choses:

1) Donnez leur du temps pour qu’ils assimilent l’information de votre maladie et trouver les ressources en eux pour réagir.

2) Parlez leur, non pas en thermes scientifiques du cancer, mais de vos besoins et de ce que vous attendez d’eux: « j’ai besoin de vous prendre dans mes bras mes enfants« , « j’ai besoin de petits messages whatsapp de temps à autre« , « je vous propose une virée à Deauville pour montrer à cette chose de quel bois on se chauffe dans la famille »!

3) Enfin, vous parlez Cathy de vos enfants; qu’en est il du reste de votre famille, du père de vos enfants et/ou de votre compagnon, de vos parents, de vos amis: recevez-vous du soutien et de l’empathie de leur part? N’hésitez pas  Yasmine à revenir vers moi si vous ressentez le besoin d’en parler avec un professionnel. Malka

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

Mon fils me manque de respect, et moi je m’éloigne

Les relations avec mon fils de 20 ans sont tendues et il est irrespectueux à mon égard. Il continue, pire il m’insulte. Même si je lui laisse savoir ce que je ressens, ça me vide de mon énergie et ça m’éloigne de lui. Hier soir je n’en pouvais pus, je suis partie en claquant la porte Qu’en pensez vous? Claude

Bonjour Claude: vous ressentez des tensions et un grand manque de respect de la part de votre fils. Et quand vous lui dites que son manque de respect vous éloigne de lui, cela ne change rien. Enfin, plus le temps passe et plus il est agressif et irrespectueux. Vous vous demandez comment les choses peuvent changer, mais vous ne les affrontez pas, au contraire.

Le message que vous lui enseignez en partant de chez vous, c’est que lorsqu’on est confronté à une situation inconfortable, on fuit.

Enfin, en ne posant pas un cadre relationnel clair, avec des interdits, vous faites peser sur lui la raison de votre mal-être et de votre fatigue (ça me vide de mon énergie) ce qui est une charge de culpabilité supplémentaire.

Les mots rapprochent ou ils éloignent

Mais ils sont toujours un lien. Et c’est bien ainsi que lui-même se comporte, il s’éloigne de ce qui lui est désagréable: vous. Ses paroles irrespectueuses sont une façon peut être de rester en lien (mieux vaux une mauvaise relation que pas de relation du tout, c’est ce qu’il vous dit en vous faisant mal) en même temps qu’elles provoquent un éloignement.

Et, bien que ce soit vous qui vous éloignez, c’est lui qui déclenche cette mise à distance. Et s’il déclenche cela, c’est peut être qu’il réagit à un comportement que vous, vous avez vis à vis de lui. Ou bien parce qu’il a quelque chose à vous dire (mais il ne le sait pas forcément) et le montre en étant agressif avec vous.

Le manque de respect

Il est irrespectueux… peut être parce que votre façon de réagir n’est pas respectable à ses yeux? Vous-même, vous respectez-vous? Respectez-vous vos proches? Qu’en disent-ils?
Je ne dis pas qu’il convient de manquer de respect, je dis juste que manquer de respect signifie toujours quelque chose, ne serait-ce qu’une difficulté à exprimer une émotion. Que se passe-t-il pour votre fils, quand il vous manque de respect? Qu’est ce que cela signifie, dans quelles situations cela se produit-il, comment, pourquoi, qu’est ce qui lui déplaît, qu’attend-il de vous?

Lorsqu’une situation déclenche des réactions très fortes, il faut souvent se demander à quoi cela est relié, quelle autre douleur cela réveille… Y avez-vous déjà songé? Cela a- t- il du sens?

Lorsque l’enfant s’éloigne

Vous parlez de vous éloigner de votre fils de 20 ans. Prendre de la distance, c’est une chose normale et saine. Votre enfant lui aussi s’éloigne, et pas seulement de vous, de sa famille d’origine. Pourquoi? Parce que ce n’est qu’ainsi qu’il peut se construire et former une famille bien à lui, séparée de sa famille d’origine, c’est à dire, séparée de vous.

Bien sur, si son comportement est violent et maltraitant, alors un éloignement peut être envisagé. Mais jamais sans en avoir parlé ensemble afin que les raisons de cet éloignement soient tout à fait claires et que chacun puisse se sentir respecté dans ses difficultés de vie.
On peut toujours dire « je t’aime, tu es important pour moi, mais pour le moment nous ne pouvons pas vivre ensemble il est préférable d’avoir chacun notre appartement« .

Je veux rompre avec ma mère

J’aimerais un conseil… J’ai 24 ans je vis depuis mon enfance dans un nid de tensions familiales. J’entretiens surtout de très mauvais rapports avec ma mère qui me manipule et me fait de la peine chaque jour … J’ai mon propre appartement mais je suis obligée d’aller chez elle le weekend pour voir ma petite soeur de 2 ans. J’ai très envie de couper les ponts avec cette femme qui me détruit psychologiquement… elle sait que je suis obligée de revenir malgrè tout ce quelle me fait. Que faire? Me protéger et stopper tout contact, quitte à couper les ponts avec ma petite soeur, ou continuer à courber le dos et la voir quand même ? Annie

Cela se discute souvent sur les forum qui parlent des relations parents-enfants;  un certain nombre de personnes choisissent de rompre avec la famille quand c’est trop douloureux et qu’aucune amélioration ne peut être envisagée.

Ne plus voir ses parents

La rupture avec un proche est alors une option; il est cependant bon de vérifier, avant d’en arriver là, que ce n’est pas juste une solution de facilité. Je m’explique: il est toujours plus simple de jeter une relation que d’améliorer notre façon de communiquer, comme c’est le cas lorsque nous ne savons pas nous exprimer sans accuser soit parce que nous n’avons pas appris à le faire, soit parce que la douleur est trop grande; de même, il est plus simple de rompre que de travailler notre capacité à lui imposer un cadre.

Un autre point m’interpelle dans votre message: comment êtes vous arrivée à être soumise à cette « obligation » de voir votre mère et votre 1/2 frère chaque week end? Comment expliquer que vous ne parvenez pas à mettre des limites à ses exigences… cette impression d’obligation, est elle juste, ou est-ce une impression? Votre mère vous menace-t-elle de quelque représailles si vous ne lui rendez pas visite toutes les semaines?

Eviter trop de tensions familiales

Pour cela il est nécessaire  d’apprendre à communiquer et montrer aux gens qui nous entourent ce que nous voulons, et ce que nous ne voulons pas. Dire comment nous fonctionnons, ce qui nous plait, ce qui nous fait souffrir, de quoi nous avons besoin. Il est cependant parfois nécessaire de mettre à distance, de nous éloigner, voire de rompre quand les relations sont trop toxiques. Quand les tensions familiales sont intenables, alors oui, la rupture, au moins pendant un temps, pourra être envisagée.

N’y a-t-il qu’une solution?

A votre question si vous devez choisir entre continuer à voir votre petite sœur, ce qui signifie pour vous « subir votre mère », ou vous protéger et alors ne plus la voir, je vous propose une 3 ème solution. Ce serait de ne pas vous rendre chez votre mère trop souvent mais voir votre sœur dans un autre cadre que chez elle. Vous pourriez aussi organiser des activités en dehors de chez elle.

Cesser d’attendre que l’autre change

Mais ce ne sont que des palliatifs et vous ne résolvez pas le problème en profondeur. Pour cela, il vous faudrait apprendre à vous protéger non pas en fuyant, mais en devenant plus forte et moins vulnérable au comportement de votre mère.
Peut-être qu’en apprenant également à mieux communiquer, vous sauriez éviter les malentendus et contourner les dialogues qui vous agressent.  Revenez me dire comment vous allez Annie et comment les choses évoluent.

Je n’arrive pas à réconcilier mes parents

Je m’appelle Cathy et j’ai 18 ans; depuis mon enfance je vis dans des tensions familiales atroces car je souffre de la mauvaise entente entre mes parents, ils ne se parlent plus du tout et j’en souffre car je suis la seule à être entre les deux parties. étant petite,  j’ai fais de très nombreuses reprises des tentatives de suicides. aujourd’hui j’ai peur de recommencer car je n’arrive pas à les réconcilier et ça me gâche la vie. aidez moi s’il vous plait.

Les enfants sauveurs de famille et victimes

J’ai bien lu ton message et je dois te dire que je suis inquiète pour toi Cathy car tu sembles avoir pris sur toi une drôle de mission. Celle de faire en sorte que tes parents puissent être « à nouveau » un couple. Je mets des guillemets car des personnes adultes qui passent tant de temps sans se parler exhibent en fait leurs conflits devant leurs enfants. Surtout quand l’un d’eux fait des tentatives de suicide. Ces personnes, tes parents, ne forment pas un couple adulte sain.

Ton père et ta mère vivent ensemble, ils souffrent, mais ils ne s’occupent pas de leur souffrance et de leur mésentente; or, c’est leur devoir d’aller mieux. Tes parents ont besoin d’être aidés, d’aller voir un spécialiste du couple ou/et un psychologue, mais tu n’es ni l’un ni l’autre Cathy.

Habiter ailleurs un certain temps

Tu as 18 ans et tu peux donc comprendre que certaines personnes ont une influence désastreuse sur notre bien-être et notre équilibre mental. Je crois bien Cathy que c’est ton cas, et que tu devrais voir, avec l’aide d’une assistante sociale et d’un médecin, si tu peux aller habiter quelque temps chez un autre membre de ta famille. Peut être un oncle ou une tante ou des grands parents.

Chercher de l’aide auprès de professionnels

Et puis je crois que tu devrais aussi aller voir un psychologue pour qu’il t’explique pourquoi réconcilier des parents et dénouer les tensions familiales, ce n’est pas le rôle des enfants. Et pourquoi les enfants ont leur vie à construire, loin des parents parfois si cela est nécessaire.

« Rencontre difficile avec la copine de mon père »

Bonjour, j’ai 25 ans et je vie encore chez mon père avec qui je m’entend vraiment trés bien. Il y 15 jours il a rencontrer une femme et ça me fait vraiment plaisir pour lui d’autant plus qu’ils ont l’air d’être vraiment en phase. J’ai accepté de la rencontrer mais j’ai seulement demandé s’il était possible que la première rencontre se fasse dans un café avant qu’elle vienne à la maison, histoire de me rassurer et de passer ce cap délicat dans un endroit neutre.

La copine à mon pére l’a mal pris. Elle a dit quelle avait passé l’age de passer des tests alors que ce n’est pas le but et à fait comprendre à mon pére qu’il est chez lui qu’il a le droit de recevoir qui il voulait et qu’elle ne comprenait pas ma démarche.
Aprés avoir discuté longuement avec mon père il à compris et lui à expliqué, mais elle reste bloqué sur cette demande qui lui parait etre une réaction d’une gamine capricieuse. Je n’arrive pas à me faire comprendre peut etre suis je allé trop loin? Merci de vos conseils. Laura

Les consultations en conseil familial ne sont pas gratuites, mais je prendrais le temps de répondre à votre mail en vous suggérant des pistes de réflexion que vous pourrez approfondir avec moi par téléphone ou via Skype ensuite le cas échéant.

Trouver la bonne façon de présenter son nouvel amoureux à ses enfants est un sujet tellement difficile que le web est inondé de conseil et de témoignages, c’est dire combien ce que vous vivez est légitime Laura.

De son coté à elle

  • vous avez demandé à la rencontrer dans un café et cela à pu lui sembler impersonnel, voire une volonté de la tenir à distance, et être compris comme une volonté de la (les?) tester. Mais peut-être que la réaction de la « copine » de votre père s’adressait à lui et non à toi: « dis moi tout de suite si mon installation dans ton appartement dépend de la décision de ta fille » .
  • Il est possible qu’une rencontre précédente se soit soldée par un échec avec un autre homme avant ton père, et maintenant, elle se méfie.
  • Cette femme est peut-être jeune et n’a pas de grands enfants, elle ne peut donc pas comprendre ce que tu ressens. Il vous faudra de la patience pour l’apprivoiser, autant que elle aussi devra le faire, tout comme dans l’histoire du petit prince 😉

Du coté de votre père

  • Pourquoi n’a-t-il pas choisi un endroit de rencontre lui-même et a-t-il attendu que vous le fassiez, vous? Il se retrouve du coup dans la situation du fils et vous de la mère.
  • Il vous la présente au bout de 15 jours, et c’est assez déstabilisant en effet, et pour elle, comme pour vous.
  • Vous a-t-il déjà parlé de sa « copine » et avez-vous pu lui poser des questions à son sujet? A- t- il eu un coup de foudre pour que déjà au bout de 15 jours, il l’introduise dans votre lieu de vie?
    Vous avez 24 ans, et en vivant chez votre père, cela doit rendre sa vie amoureuse un peu compliquée. Est-ce que sans l’avoir voulu, cette situation vous pousse à vous rendre compte qu’un jour ou l’autre, une autre femme prendra votre place dans sa vie. Cela le regarde lui exclusivement et il n’a pas à tenir compte ni de votre avis ni de vos émotions (même si il doit vous annoncer sa décision avec douceur, ce qu’il a d’ailleurs fait il semblerait). Si cette femme vient vivre avec lui, vous devrez vous en accommoder Laura.

De votre coté à vous

  • Vous êtes sur le point de vivre avec une autre femme, et cela vous refroidit: vous voulez prendre le temps de « sentir » comment elle est, la découvrir en « terrain neutre », pour vous « rassurer ». Cela se comprend et, quelque soit l’âge des enfants, c’est toujours une expérience particulière de rencontrer la femme que choisit son père. Cependant, vous pourriez utiliser cet événement comme une occasion pour vous de commencer à vivre votre propre vie. et prendre un appartement rien qu’à vous : à votre age il est grand temps de le faire.
  • Vous employez Laura le terme « copine » qui n’est pas approprié, et montre peut être que vous résistez à ce qu’il se passe entre votre père et cette femme : elle n’est pas encore sa femme, mais elle est sa maîtresse. Le terme d’amie ou compagne conviendrait mieux.

Avoir vos propres projets

  • Y a- t- il quelque chose dans votre vie ou celle de votre père qui vous retient de voler de vos propres ailes et mettre un autre homme que lui dans votre vie? Comment avez vous vécu la séparation (vous n’en parlez pas) d’avec votre mère?
  • Où en êtes vous dans votre vie amoureuse et professionnelle?

Répondre aux questions et aller mieux

Vous voyez Laura, pleins des questions auxquelles il vous faudra répondre pour vous détacher de votre père, car vous ne pourrez ni ne devez le couver plus longtemps de votre regard maternel, fut-il bienveillant et tendre. Votre place n’est plus dans sa vie mais dans celle, adulte et sexuée, d’un autre homme avec qui vous pourrez fonder votre propre famille.

Peut être que ce mail aurait pu être intitulé « rencontre difficile avec moi-même » 🙂 Je reste à votre disposition pour poursuivre cet entretien en consultation.

Quelques bonne vidéos 🙂

Les tensions familiales, les humoristes en parlent: nous en avons sélectionnées quelques unes pour vous

 Florence Foresti: les mamans calmes


Stéphane Guillon: le père martyre


Les parents sans autorité


Florence Foresti: une mère et sa fille

Chatter en direct avec l'auteur & Prendre RdV

Nous écrire

(*) obligatoire

Partager