Alzheimer : où en est la recherche

La maladie d'Alzheirmer et les récentes découvertes

Les recherches sur la maladie d’Alzheimer révèlent qu’elle est une maladie neurodégénérative du tissu cérébral. Elle entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire. Elle est incurable: aucun traitement n’empêche la progression de la maladie. Les recherches sur la maladie d’Alzheimer, le dépistage, la connaissance des symptômes permettent aux familles de mieux comprendre le parent malade et adapter son environnement.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Médicaments  ♦  Recherches  ♦  Symptomes  ♦  Prévention  ♦  Facteurs psys

Médicaments & programmes

Le plan Alzheimer 

Aujourd’hui appelé « plan maladies neuro-dégénératives« . Il s’articule autour de 4 axes:

  1. permettre des diagnostics plus précoces
  2. sensibiliser la population
  3. valoriser les initiatives concernant la recherche
  4. encourager la coordination des groupes de recherche

Les nonnes et l’énigme Alzheimer

Les dernières études et recherches sur la maladie d’Alzheimer menées aux Etats-Unis, au Canada et en Allemagne éclairent d’un jour nouveau les origines de la maladie d’Alzheimer, laissant espérer des traitements. Le chercheur David Snowdon, qui a pu mesurer pendant des années l’activité et l’agilité cérébrales de religieuses dans un couvent américain. Il a été autorisé, après la mort des nonnes, à rechercher dans leur cerveau d’éventuels indices de démence. Surprenant constat: alors qu’elles ont disposé de leur vivant d’une mémoire et de facultés intellectuelles très vives jusqu’à un âge avancé, ces femmes étaient atteintes d’un Alzheimer en phase terminale.

L’industrie pharmaceutique à la traîne

Comment expliquer cette apparente contradiction? Les conclusions de l’étude Snowdon ouvrent des perspectives prometteuses. Pourtant, ces pistes ne sont pas suivies par l’industrie pharmaceutique.

L’effort de recherche

Il est piloté par une fondation de coopération scientifique, adossée à l’INSERM créée par décret du 27 juin 2008, et dotée d’un fonds de 25 millions d’euros dont 40 % sont apportés par les fondateurs privés. Plus de vingt programmes de recherche, des plus fondamentaux aux plus directement applicables, ont déjà été identifiés par la fondation.

Ainsi, un programme portant sur la conception de modèles de souris transgéniques. Celles ci développent des lésions cérébrales de la maladie d’Alzheimer qui devraient permettre d’analyser finement les troubles de la mémoire aux niveaux moléculaire, cellulaire et cérébral.

Formes génétiques héréditaires 

Elles constituent des « exemples précoce de la maladie » qui fournissent des réponses très précises sur les processus biologiques en cause dans la maladie d’Alzheimer, quelque soit la forme ».

.

Conférences audio sur les recherches cliniques sur la maladie d’Alzheimer: elles ont pour « objectif d’informer sur la recherche, de partager les dernières données thérapeutiques et les perspectives d’avenir sur la maladie d’Alzheimer ».

Les symptômes de la maladie

Connaitre les symptômes afin de prendre en compte les difficultés du patient et aider les proches à s’organiser en attendant que les recherches sur la maladie d’Alzheimer aboutissent.

La maladie d’Alzheimer se manifeste par de petits signes qu’il faut savoir repérer, le diagnostic précoce permet d’améliorer le traitement des patients. Par le  Dr Thomas Antérion, neurologue.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Stratégies de prévention

Nutrition et exercices

Parmi les nombreuses recherches sur la maladie d’Alzheimer, un autre programme de recherche clinique étudie les stratégies de prévention. Et en particulier sur l’impact de la nutrition, de l’exercice physique, de l’entrainement cérébral et des activités sociales dans le maintien des fonctions cognitives. Il existe en effet un certain nombre d’arguments épidémiologiques en faveur d’un rôle protecteur de chacun de ces facteurs pris isolément.

Les premiers symptômes

Recherches sur les symptômes psychologiques et comportementaux qui accompagnent le déclin cognitif. Elles montrent que le malade développe en premier de l’apathie, plus particulièrement un « état de fatigue physique ou intellectuelle profond se caractérisant par une indifférence à l’émotion et aux désirs. S’en suivent des symptômes dépressifs, l’anxiété …  puis de l’agitation, une hyperactivité, et des psychoses dans les stades modérés à sévères.(acces.ens-lyon.fr)

Selon les données récentes, l’existence d’antécédents de troubles dépressifs serait considérée comme un facteur de risque de maladie d’Alzheimer. L’humeur est très importante pour ces malades car la dépression entraîne elle aussi des troubles de la mémoire.

Facteurs psychologiques aggravants

Les recherches sur la maladie d’Alzheimer indiquent que certains comportements, état d’esprit et émotions sont reliés:

  • le stress et la détresse psychologiques, la dépression, le fait de ne pas avoir de but dans la vie ou une existence qui n’a pas de sens, le sentiment de solitude.
  • vis à vis d’autrui : méfiance, hostilité, cynisme, conviction que les autres agissent selon des motivations égoïstes,
  • vision du monde négative : peu ou pas d’amour de la vie et des gens, désir de faire du bien faible, intérêt pour autrui inexistant (petite capacité à vouloir comprendre et connaitre l’autre, sentiment de ne pas être inséré socialement et d’avoir trouvé sa place.
  • pas d’activités centrées sur les autres : éducatives, sociales, familiales.

Prendre rendez-vous avec Myriam Blache

Nous écrire

(*) obligatoire

Partager