Sexologie : le premier entretien
Sexologie : le premier entretien

Sexologie : le premier entretien

Le premier entretien en sexologie

Le premier entretien en sexologie peut être unique, le sexologue va écouter et d’observer comment le couple se présente, pour évaluer le lien qu’il ont ou non constitué, le couple va pouvoir exprimer ses difficultés conjointes par rapport à leur sexualité surtout si celles-ci génèrent un dysfonctionnement relationnel mettant en péril leur relation, il est fréquent que le couple exprime une difficulté de communication, la sexualité étant parfois un sujet tabou ; lorsqu’ils communiquent entre eux le sexologue va noter leur comportement, celui qui va rester silencieux, celui qui « prend toute la place » si les conjoints se coupent la parole, l’agressivité, s’ils se regardent ou pas en parlant, s’ils se font des reproches, si ils sont bienveillant et respectueux ou pas entre eux, la souffrance du ou des conjoints sera évaluée en observant le degré du lien d’attachement, les témoignages d’affection et d’amour et les émotions de chacun, en effet, parfois les sentiments de colère, de honte, voire de culpabilité, peuvent être responsables d’anxiété et de blocages sexuels surtout si la communication est difficile au sein du couple, ils vont apprendre à partager leur vécu à partir de ce qu’ils ressentent en faisant abstraction de leurs peurs et de leurs doutes sur eux même ou envers le partenaire, pour rompre ce sentiment d’anxiété parler sera essentiel.

Le soutien du sexologue se fera à la fois pour celui qui parle et pour celui qui reste silencieux.

Il est important que les conjoints se sentent tous deux concernés par les réponses du sexologue.

Généralement il est nécessaire d’avoir plusieurs entretiens avec le couple pour pouvoir établir un objectif thérapeutique.

La deuxième étape sera de déterminer l’objectif thérapeutique du couple, et d’évaluer leur motivation au changement.

La troisième étape sera de travailler sur le symptôme, ou sur le ou les dysfonctionnements sexuels, sur les émotions, les besoins affectifs du couple ainsi que les points à améliorer, c’est la raison pour laquelle il est important de voir le couple en entretien conjoint sur les séances suivantes, chaque thérapie est unique et le symptôme peut être géré différemment par les conjoints, le couple devra réfléchir ensemble aux conditions les plus favorables pour le fonctionnement de leur sexualité.

L’entretien individuel en sexologie

La première consultation individuelle en sexologie va se centrer sur l’homme ou la femme, il ou elle va aborder ce qui le, la préoccupe dans sa sexualité, le symptôme individuel sera verbalisé pour aborder ses difficultés pour lesquelles il, elle éprouve un malaise qui perturbe sa vie sexuelle ou sa vie de couple. La neutralité bienveillante du sexologue va lui permettre de désamorcer le jugement négatif sur soi et de réduire l’anxiété.

Beaucoup d’hommes redoutent d’avoir à parler et à accepter leurs difficultés sexuelles, le recours à un sexothérapeute en ligne est de plus en plus fréquent avec les possibilités de consultations par téléphone (anonymat) pour éviter le face à face ou par Skype et en cabinet, la consultation individuelle lui permettra de vérifier si il est dans la normalité vis-à-vis de ses troubles parce que cela l’amène à penser qu’il n’est pas à la hauteur par exemple faible libido ou hypersexualité, activité masturbatoire, troubles du désir sans raison apparente, ou un sentiment d’inaptitude surtout concernant les troubles de l’érection, mais aussi la dépendance à la pornographie « je me sens coupable de mes désirs » ce qui peut perturber l’homme dans sa capacité à aimer, à désirer mais aussi à se faire aimer, car l’image de soi, les doutes et le manque de confiance en soi s’installent parfois durablement dans la relation.

La première consultation en individuel met souvent à jour des peurs : peur de ne pas être suffisamment séduisant, peur de l’engagement, peur de l’homosexualité, peur de perdre sa liberté, peur de l’infidélité de sa partenaire ou de son infidélité, peur de la dépendance affective, peur de ne pas la satisfaire, peur de ou au contraire dans la performance sexuelle, changeant régulièrement de partenaire, la consultation va lui permettre de verbaliser ses peurs et de l’image qu’il a de la femme ou de sa partenaire, la peur de l’échec semble être fréquente et altère la vie de son couple, la démarche de la consultation en individuel est souvent dans l’objectif de travailler sur son anxiété, sur ses angoisses, sur ses émotions et d’établir un lien entre ses troubles et son histoire personnelle, il sera alors utile de travailler avec lui sur le dysfonctionnement sexuel mais également sur ses problématiques personnelles d’estime de soi et de confiance en soi.

Lors de la première consultation en sexologie les femmes ont plus de facilité que les hommes à confier leurs difficultés sexuelles, une femme décrit souvent une insatisfaction sexuelle en lien avec son inhibition à la sexualité ou parce qu’elle éprouve des douleurs lors des rapports sexuels ; son insatisfaction est parfois induite par l’attitude de son conjoint parce que le conflit ou l’incompréhensions au sein du couple est fréquente, soit parce qu’elle a été victime d’abus sexuels sans oser en parler et que cela perturbe sa relation avec les hommes ou parce qu’une relation de pouvoir existe dans le couple et qu’elle estime ne pas être suffisamment respectée ne sachant pas dire non ou parce qu’elle ne se sent pas suffisamment désirante, notamment si elle a une mauvaise image de son corps, si elle n’accepte pas sa féminité, elle cache un mal être profond liée à de grosses difficultés d’expression de son désir, dans sa sexualité, elle pourra alors exprimer des plaintes, verbaliser son attitude de rejet face à la sexualité : « j’aime mon conjoint mis je suis dégoutée par mon corps, je ne me sens pas désirable, je ne parviens pas à me laisser aller, je le déçois »

L’inhibition de la sexualité peut avoir des origines différentes et sont souvent les conséquences de vécus de l’enfance selon qu’ils sont non sexuels ou sexuels.

Les prises de conscience ont besoin d’être aidées pour aboutir à un changement de comportement stable et durable dans l’objectif de développer l’intimité amoureuse en concevant et en acceptant que les difficultés sexuelles peuvent avoir des causes psychologiques, la prise de conscience va être libératrice, elle ne doit pas être uniquement intellectuelle mais aussi émotionnelle.

Bibliographie :

  • DANIELLE ET CLAUDE ALLAIS – Retrouver la force de l’amour – le relié 2008.
  • MONIQUE DUPRE LA TOUR – les crises du couple – éditions Erès – 2005.
  • PATRICE LOPES, FRANCOIS XAVIER POUDAT – manuel de sexologie 6 éditions Elsevier Masson – 2014.