Qu’est ce que la Bientraitance

Un état d'esprit dans lequel il est nécessaire d'avoir avec un client

Important! Alors que la maltraitance est bien définie, le concept de « bientraitance » est actuellement flou et critiqué, pourtant c’est un concept qui peut aider chaque professionnel dans sa réflexion sur ses actes quotidiens et le sens de son engagement. La bientraitance  une démarche globale d’accueil et de soin. C’est une forme d’action de chacun (les professionnels de la relation d’aide) et de tous (service, établissement) pour promouvoir le bien concret de chaque individu accompagné.

Prendre rendez-vous avec Michèle Balmès

Etat d’esprit & regard bien traitants

La bientraitance permet « d’instaurer une relation de confiance et de sécurité entre la personne âgée et son aidant ».  Elle n’est pas l’absence de maltraitance, ni sa prévention. C’est à la fois une intention positive (aller vers le mieux pour une personne) et un désir de réaliser concrètement cette intention, dans les échanges avec les personnes, les activités proposées, les rencontres, et plus généralement, dans le respect du résident, en répondant au mieux à ses besoins.

Un environnement propice

« La survenue de déficiences peut placer une personne sous la dépendance d’autrui pour ses activités de la vie quotidienne ». C’est cette dépendance des autres qui peut de façon insidieuse menez vers la maltraitance des aidants et personnel soignant. Mais la « bientraitance ne se réduit pas à les éviter ». Encore faut-il créer un environnement adéquat. En effet, la bientraitance demande des échanges entre toutes les parties prenantes : institutions, professionnels, usagers, familles et proches, bénévoles, etc.

Les piliers de la bientraitance

  • Respect de la personne, de son individualité, de son intimité (sa chambre est sa résidence principale…). Il est souvent tentant d’imposer à une personne en difficulté et dépendante une façon de vivre et de s’organiser. De même, proche et soignants ont tendance à modifier son environnement pour plus d’efficacité dans son quotidien ou changent de place ses objets. Sans s’en rendre compte,  ils ont une comportement intrusif qui déclenche de l’agressivité et parfois meme du désespoir. Si l’on y réfléchit bien, intervenir le moins possible et surtout pas sans son accord devrait être la ligne de conduite.
  • Nécessité d’un cadre clair

Besoins & recommandations

  • Prendre le temps de lui parler et de l’écouter, comme le recommande Myriam Chomat spécialiste de la maladie d’Alzheimer.
  • Développer la patience et prendre le temps d’expliquer et de guider
  • Ne pas infantiliser ni en paroles ni en actes et déresponsabiliser la personne, ce qui parfois, revient à une certaine forme de maltraitance.
  • Ne pas la laisser inactive, mais s’intéresser à ce qu’elle aime et l’aider à participer à des activités

« La bientraitance est d’apporter à chacun ce qui lui convient le mieux et donc de personnaliser la prise en charge ». Pr Marc Berthel, 2006. 

Prendre rendez-vous avec Michèle Balmès

Vos témoignage, remarques et questions, ou demande de consultation

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager