La peur de l’intimité – Comment la comprendre et la surmonter ?

La peur de l’intimité est une peur souvent subconsciente de la proximité qui affecte fréquemment les relations personnelles des gens. Cette peur de l’intimité physique et/ou émotionnelle a tendance à se manifester dans les relations les plus proches et les plus significatives des gens.

D’où vient cette peur de l’intimité ?

Bien qu’il y ait des moments où nous sommes conscients d’être réellement appréhensifs et méfiants de l’amour, nous sommes plus susceptibles d’identifier ces peurs comme des préoccupations concernant des résultats potentiellement négatifs : le rejet, la détérioration d’une relation ou des sentiments d’affection qui ne sont pas retournés. Cependant, notre peur de l’intimité est souvent déclenchée par des émotions positives encore plus que par des émotions négatives. En fait, être choisi par quelqu’un qui nous tient vraiment à cœur et ressentir son amour peut souvent provoquer des peurs profondément ancrées de l’intimité et rendre difficile le maintien d’une relation étroite.

Pourquoi les sentiments positifs déclenchent-ils une peur de l’intimité ?

Il peut être surprenant d’apprendre que la véritable résistance à l’intimité ne vient souvent pas des actes de nos partenaires, mais d’un ennemi tapi en nous.

Le problème est que la façon positive dont un amant nous voit entre souvent en conflit avec les façons négatives dont nous nous percevons. Malheureusement, nous nous accrochons à nos attitudes négatives envers nous-mêmes et résistons à être vus différemment. Parce qu’il est difficile pour nous de permettre à la réalité d’être aimé d’affecter notre image de base de nous-mêmes, nous développons souvent une résistance à l’amour.

D’où viennent ces attitudes négatives ?

Ces croyances négatives fondamentales sont basées sur des sentiments profondément ancrés que nous avons développés dans la petite enfance d’être essentiellement mauvais, indignes d’amour ou déficitaires. Bien que ces attitudes puissent être douloureuses ou désagréables, en même temps elles nous sont familières, et nous avons l’habitude qu’elles subsistent dans notre subconscient. Adultes, nous supposons à tort que ces croyances sont fondamentales et donc impossibles à corriger.

Comment la peur de l’intimité nous affecte-t-elle ?

Nous ne rejetons pas intentionnellement l’amour pour préserver une identité familière. Au lieu de cela, pendant les périodes de proximité et d’intimité, nous réagissons par des comportements qui créent des tensions dans la relation et éloignent notre bien-aimé.

Voici quelques façons courantes dont les gens prennent leurs distances émotionnellement à la suite d’une peur de l’intimité :

  • Rétention d’affection
  • Réaction indifférente ou adverse à l’affection ou à une reconnaissance positive
  • Devenir paranoïaque ou soupçonneux envers un partenaire
  • Perte d’intérêt pour la sexualité
  • Être excessivement critique envers un partenaire
  • Se sentir méfiant ou résistant à l’idée d’être proche

Comment surmonter la peur de l’intimité ?

Pour surmonter notre peur de l’intimité, nous devons remettre en question nos attitudes négatives envers nous-mêmes et ne pas repousser nos bien-aimés. Il est possible de remettre en question notre résistance fondamentale à l’amour. Nous pouvons confronter notre image de soi négative et développer notre tolérance à une relation aimante.

Nous pouvons surmonter nos peurs de l’intimité et profiter de relations plus aimantes et plus intimes.

En savoir plus sur la peur de l’intimité

L’amour n’est pas seulement difficile à trouver, mais étrangement, il peut être encore plus difficile à accepter et à tolérer. La plupart d’entre nous disent qu’ils veulent trouver un partenaire aimant, mais beaucoup d’entre nous ont des peurs profondément ancrées de l’intimité qui rendent difficile d’être dans une relation étroite. L’expérience d’un amour véritable menace souvent nos auto-défenses et augmente notre anxiété alors que nous devenons vulnérables et que nous nous ouvrons à une autre personne. Cela conduit à une peur de l’intimité. Tomber amoureux apporte non seulement de l’excitation et de l’épanouissement ; cela crée également de l’anxiété et des peurs de rejet et de perte potentielle. Pour cette raison, de nombreuses personnes évitent les relations amoureuses.

La peur de l’intimité commence à se développer tôt dans la vie. Enfants, lorsque nous vivons un rejet et/ou une douleur émotionnelle, nous avons souvent tendance à nous refermer sur nous-mêmes. Nous apprenons à ne pas compter sur les autres comme mécanisme d’adaptation. Nous pouvons même commencer à compter sur la gratification fantasmatique plutôt que sur les interactions réelles avec d’autres personnes ; contrairement aux gens, les fantasmes ne peuvent pas nous blesser. Avec le temps, nous pouvons préférer ces fantasmes aux interactions personnelles réelles et aux véritables reconnaissances ou marques d’affection positives. Après avoir été blessés dans nos premières relations, nous craignons d’être à nouveau blessés. Nous sommes réticents à retenter notre chance à être aimés.

Si nous nous sommes sentis invisibles ou incompris enfants, il peut être difficile pour nous de croire que quelqu’un pourrait vraiment nous aimer et nous valoriser. Les sentiments négatifs que nous avons développés envers nous-mêmes dans nos premières années sont devenus une partie profondément ancrée de qui nous pensons être. Par conséquent, lorsque quelqu’un est aimant et réagit positivement envers nous, nous vivons un conflit intérieur. Nous ne savons pas si nous devons croire ce nouveau point de vue aimant et bienveillant de nous-mêmes ou notre vieux sentiment familier de notre identité. Donc, nous réagissons souvent avec suspicion et méfiance lorsque quelqu’un nous aime, parce que notre peur de l’intimité a été éveillée.

Notre capacité à accepter l’amour et à apprécier les relations aimantes peut également être négativement affectée par des questions existentielles. Lorsque nous nous sentons aimés et admirés, nous commençons à accorder plus de valeur à nous-mêmes et à apprécier davantage la vie. Cela peut nous amener à ressentir plus de douleur à l’idée de la mort. Nous craignons à la fois la perte de notre bien-aimé et de nous-mêmes, et dans le processus, beaucoup d’entre nous se replient inconsciemment sur leurs relations. La peur de la mort a tendance à accroître la peur de l’intimité.

Même si la peur de l’intimité est un processus largement inconscient, nous pouvons toujours observer comment elle affecte notre comportement. Lorsque nous repoussons émotionnellement notre partenaire ou que nous nous replions sur son affection, nous agissons sur cette peur de l’intimité. Retenir les qualités positives que notre partenaire trouve les plus désirables est une autre façon d’agir sur cette peur. Nous essayons souvent de nous rendre moins aimables, pour ne pas avoir à craindre d’être aimés. Ces comportements de distanciation peuvent réduire notre anxiété d’être trop proche de quelqu’un, mais ils ont un coût élevé. Agir sur nos peurs préserve notre image de soi négative et nous empêche de vivre le grand plaisir et la joie que l’amour peut apporter.

Cependant, nous pouvons surmonter la peur de l’intimité. Nous pouvons nous développer pour ne plus avoir peur de l’amour et laisser quelqu’un entrer. Nous pouvons reconnaître les comportements qui sont motivés par notre peur de l’intimité et remettre en question ces réactions défensives qui excluent l’amour. Nous pouvons rester vulnérables dans notre relation amoureuse en résistant à nous replier dans un fantasme d’amour ou à adopter des comportements de distanciation et de rétention. Nous pouvons préserver notre intégrité, apprendre à « transpirer » l’anxiété d’être proche sans nous éloigner, et augmenter progressivement notre tolérance à être aimés. En prenant les mesures nécessaires pour remettre en question notre peur de l’intimité, nous pouvons développer notre capacité à la fois à donner et à accepter l’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *