Consulter un psy

Pour qui la thérapie, pour quoi, quand?

Vous avez décidé de consulter un psy ou vous hésitez encore ? Vous avez entendu parler du travail effectué en psychothérapie et vous avez des questions, souvent nombreuses, toujours légitimes. Vous pouvez poser vos questions directement à notre consultant de garde en cliquant sur l’icône de chat vert en bas de cette page.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

I. Toutes vos questions

Consulter un psy pour : 

  • un conseil ponctuel, juste faire le point
  • un regard neutre et extérieur, un éclaircissement
  • un stage pour en savoir plus sur certains sujets
  • vous avez simplement besoin de vous confier dans un cadre neutre et bienveillant
  • vous voulez commencer une thérapie brève ou du coaching
  • vous désirez commencer un travail personnel ou approfondit et que vous avez besoin d’une thérapie longue ou une cure analytique

Pour quelles difficultés

  • pour des souffrances récentes ou d’anciennes blessures
  • pour comprendre des secrets qui vous pèsent
  • pour des relations difficiles
  • pour un mal être

Quand est-il temps de consulter ?

  • si vous traversez une période difficile et que vous ne vous en sortez pas seul
  • quand vous avez envie d’approfondir un aspect de votre personnalité ou de votre comportement
    pour avancer plus vite

La thérapie : pour qui

Pour toute personne désirant comprendre ce qui lui arrive et aller mieux, mieux communiquer avec ses proches et son entourage :

  • pour le couple
  • les adolescents
  • la famille
  • les entreprises
  • les professionnels : pour être supervisés si vous travaillez dans la relation d’aide.

À quel âge consulter

On entend souvent dire le personnes de plus de 40 ans : « À quoi bon, à mon âge les dés sont jetés, je ne peux plus revenir en arrière, il est impossible de me changer, chassez le naturel, il revient au galop« … À toutes ces affirmations, je réponds « non » ! Si en effet nous ne pouvons changer le passé, nous pouvons modifier les émotions qui sont liées aux souvenirs, nous pouvons améliorer une relation, lui injecter du sang neuf et de la créativité ! Pour cela, il n’est pas obligatoire d’entamer un long travail, comme lors de la cure analytique ou une thérapie de plusieurs années : quelques séances vous aideront à y voir plus clair et un champs de vision plus vaste, ce qui est propice au changement et à l’apaisement.

II. Durée d’une séance – Combien de séances

Lorsque j’interviens lors de consultations de 60 min, le temps est court, et le rythme de la séance est intensif. Le but est de formuler la difficulté de la façon la plus précise possible, dégager les sentiments qui émergent ; puis, dans une deuxième partie, il s’agira de donner des pistes de réflexion et deux ou trois outils réalistes et utilisable des le jour même visant à assainir et apaiser le vécu de mon client.

Lorsque plusieurs séances, 5 ou 10, sont prises dès le départ, nous avons alors un support de travail bien plus efficace : je propose des exercices à faire entre les séances et des clips audio et diaporama de visualisation à regarder et à écouter. J’utilise de nombreux tableaux à remplir ainsi que la rédaction des rêves, arrêts sur images et prises de conscience que la personne me renvoie par email. Il est aussi possible de me contacter pour des questions très courtes sur Skype (ecoute-online), Google Talk (ecoute.online) ou sur la chat-room du site (cliquez sur le spot vert clignotant).

Des consultations de 1h 30

Il est fréquent que 60 min soit beaucoup trop court, en particulier lors des premières séance quand il faut prendre le temps de parler et déblayer tout ce qui encombre et empêche de préciser un problème, une douleur ou une crise de vie. C’est pourquoi je propose des séances de 1h30 également.

Des consultations courtes immédiates de 20 m ou  30 min

Enfin, je propose depuis peu des consultations de 20 min « speed consulting » qui permettent aux personnes très occupées et ayant rarement 60 min ou 1h 30 devant elles, de pouvoir malgré tout consulter et d’avancer.

III. Prix d’une consultation avec un psy

Les consultations coûtent entre 50 et 55 euros avec les consultants du réseau psy ecoute-psy.com. Nous vous invitons à visualiser leur page et choisir en fonction de vos critères. Vous pouvez également vous faire aider pour choisir un psy et une thérapie par notre consultant de garde via sa chat room directe.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

IV. Connaître les différences pour choisir un psy

Le psychiatre

Le psychiatre est un médecin spécialisé. Il est habilité à prescrire des médicaments, et traite plus particulièrement les troubles du comportement sévères et les maladies mentales. Sa formation est médicale ; il n’a pas suivi le cursus des autres professionnels de la relation d’aide. Concrètement, cela signifie qu’il n’a pas eu l’obligation ni de résoudre ses difficultés personnelles et relationnelles en psychothérapie ou en psychanalyse, ni d’être supervisé.

La plupart du temps, en France tout du moins, le médecin psychiatre reçoit son patient en consultation une fois par mois ou tous les deux mois ; il vérifie et ajuste le traitement médicamenteux de son patient ; il le laisse parler environ 15 min, parfois 30 min. Il ne s’agit en aucun cas de psychothérapie : le patient ne fait pas de travail personnel par la parole.

Lorsqu’une personne est suivie en psychiatrie, il est souvent recommandé, mais pas dans tous les cas, de faire parallèlement une psychothérapie.

Le psychologue

Il a étudié la psychologie et possède une formation universitaire spécialisée en psychologie centrée sur la compréhension du comportement humain et les différentes techniques aidant le client à comprendre puis à résoudre ses souffrances et ses difficultés personnelles.

On distingue le psychologue clinicien, psychologue expérimentaliste, psychologue du travail, psychologue scolaire, etc. Il sera possible de choisir un psy parmi toutes ces spécificités. « Ceux qui ont une maîtrise de psychologie mais n’ayant été acceptés dans aucun DESS ou DEA, et qui n’ont pas effectué de stages obligatoires, ne sont pas psychologues.

Le diplôme de psychologue n’oblige pas celui-ci à effectuer sa propre psychothérapie ou analyse, ni à être supervisé ! Il est donc recommandé de le vérifier.

Le psychothérapeute

Ce titre n’est pas contrôlé : il n’existe pas de réglementation et aucun programme universitaire permet d’enseigner l’art de la psychothérapie. La psychothérapie désignant le travail de découverte de soi, d’amélioration de la qualité de vie et des relations qu’une personne établit avec les autres, les psychologues et les psychiatres se disent aussi parfois psychothérapeutes.

Les psychothérapeutes sont en général formés à diverses techniques et approches comme la gestalt thérapie, la PNL, l’analyse transactionnelle, la communication non violente, le psychodrame, l’hypnose, la psycho généalogie, le focusing, la sophrologie, etc.

Ils sont souvent plus directifs que les psychologues, plus dans le conseil et la recherche de solutions (sauf pour le focusing). Le thérapeute intervient, fait beaucoup de feed- back, suggère, propose… le travail est très interactif.

Le psychanalyste

Aucun diplôme n’est nécessaire. La seule condition est d’avoir suivi une psychanalyse. On distingue la psychanalyse freudienne et lacanienne.

Les spécialistes des relations conjugales et familiales

Le psychanalyste peut être médecin, psychologue ou psychothérapeute.

Le conseiller conjugal

Le conseiller conjugal a étudié 2 ans dans une faculté et a fait en général un grand nombre de stages dans les domaines de la communication et de la relation de couple. Il aide les conjoints à améliorer leur relation tout en repérant ce qui, dans le comportement de chacun, relève de la difficulté personnelle plus que de la relation en elle-même. Il travaille souvent en réseau avec des psychothérapeutes et psychanalystes auxquels il recommande ses patients quand ceux-ci ont besoin de faire un travail thérapeutique approfondi.

Le conseil conjugal clarifie ce que le couple vit au moment où il consulte et recherche avec lui des solutions concrètes. Il ressemble beaucoup au coaching de couple qui lui est encore plus axé sur l’apprentissage d’outils et d’un programme de travail.

Le coach de couple

Il peut aussi être conseiller conjugal, mais il est plus dans le système de « programme » pour « booster » la relation. Il répond à des questions et recadre son client au fur et à mesure qu’il travaille avec lui. Il est mandaté par le client pour atteindre des buts précis.

Le thérapeute de couple

La thérapie de couple diffère sur les points travaillés en séance et la façon dont cela se passe : contrairement au conseil conjugal qui peut recevoir seulement un des deux conjoints si l’autre ne veut pas consulter, la thérapie de couple se fait uniquement à deux. Il s’agit de travailler le lien quand les souffrances de chacun des conjoints impactent le couple. On travaillera à la fois l’histoire de chacun et l’histoire du couple.

Le coaching et le développement personnel

Le coach et le conseiller en développement personnel vont aider à définir des objectifs et trouver avec leur client les moyens de les réaliser.

Les efforts sont soutenus : le consultant encourage, il accompagne, tout en gardant bien en vue l’objectif demandé par le client. Les séances ont lieu au fur et à mesure de la demande et peuvent s’étaler sur plusieurs années, ponctuellement.

Chatter en direct avec la spécialiste & Prendre RdV

V. Comment se déroule une consultation

J’écoute (ou je lis), je prends des notes, je demande une confirmation si un élément ne me parait pas clair… Je laisse la personne exprimer ce quelle ressent et ce qu’elle vit. Lorsque la situation est décrite, je reformule ce qui a été dit, je résume et dégage ce qui semble être le point à travailler au départ… Je dis « au départ », car il arrive assez souvent que le motif invoqué au départ n’est pas celui qui va être traité. 

Prenons l’exemple, de Paul qui vient consulter pour éclaircir ses relations avec ses beaux enfants. Au cours des entretiens, il va découvrir que ce qui entrave le lien vient surtout de la mésentente avec son épouse. Une autre exemple: une femme consulte parce qu’elle provoque des disputes continuelles avec son conjoint, elle veut apprendre comment changer le comportement de son conjoint : notre séance lui fera découvrir qu’elle a du mal à s’exprimer et qu’elle interprète souvent mal ce qu’il dit. Elle décidera d’apprendre à mieux communiquer.

Chatter en direct avec l'auteur & Prendre RdV

Nous écrire

(*) obligatoire

Digiprove sealCopyright protected by Digiprove © 2018
Partager